Chien courant italien

ou Segugio Italiano a pelo forte

Chien courant pour la chasse au lièvre et au sanglier
52 à 60 cm au garrot, femelle 50 à 58 cm
20 à 28 kg, femelle 18 à 26 kg
Longévité : 13 ans
Origine : Italie
Inscriptions au LOF en 2007 : 8 (248ème)

Standard N° 198

Utilisation

Chien courant pour la chasse au lièvre et au sanglier.

Bref aperçu historique

L’origine du Segugio se perd dans la nuit des temps. Des chiens de même type et de même stature que les segugi actuels flanquent les statues de «Diane chasseresse» au Musée de Naples et celle de «Diane tirant à l’arc» au Musée du Vatican. Dans une nécropole lombarde de la province de Vérone, on a découvert récemment deux squelettes en parfait état de conservation dont la conformation est identique à celle des segugi modernes. Au château de Borso d’Este (1600), on peut voir un tableau qui procure une représentation excellente du segugio actuel.

Aspect général

Chien de proportion générale moyenne, dont le corps s’inscrit dans le carré; il est harmonique quant au format (hétérométrie = rapports normaux entre la taille et les différentes parties du corps) et dysharmonique par rapport aux profils (alloïdisme = concordance entre les profils de la tête et du corps). Sa construction bien équilibrée, parfaitement symétrique, bien charpentée, avec des formes sèches, bien musclées et sans trace de graisse, le rend capable de poursuivre le gibier de l’aube au coucher du soleil.
Proportions importantes : La hauteur du sol au garrot est égale à la longueur du tronc mesurée de l’articulation scapulohumérale à la pointe de l‘ischion. Le garrot, qui ne doit pas être trop sorti, dépasse de peu le niveau de la croupe. La longueur du museau doit atteindre la moitié de la longueur de la tête. La hauteur de la poitrine est un peu inférieure à la moitié de la hauteur au garrot.

Comportement / caractère

Le segugio est parfaitement adapté aux terrains les plus difficiles et peut être utilisé à la chasse aussi bien en montagne qu’en plaine. Très résistant et rapide, il travaille avec ardeur et passion, seul ou en meute. Comparé aux sujets à poil ras, il est plus réservé, moins exubérant, sage, calme et pondéré au travail. Son regard amical, doux et fier, est voilé d’un reflet de mélancolie. Sa voix est sonore et très harmonieuse.

Tête

Elle est de forme allongée. Sa longueur atteint les 4/l0èmes de la hauteur au garrot.
Région cranienne :
Crâne : Le crâne se présente en forme d’ellipse allongée; de profil, son axe longitudinal supérieur est modérément divergent par rapport à l’axe longitudinal du museau, le profil supérieur est légèrement bombé; la largeur bizygomatique doit être inférieure à la moitié de la longueur de la tête; arcades sourcilières peu développées; sillon frontal peu marqué; la protubérance occipitale nette, un peu en retrait, donc peu visible, perceptible seulement à la palpation, doit être courte.
Stop : Très peu marqué; à partir du museau, le profil supérieur doit remonter en pente douce vers le crâne.
Région faciale :
Truffe : Grande, projetée plus en avant et à la verticale de la région antérieure des lèvres, elle est fraîche et humide, avec des narines bien ouvertes et mobiles. Elle est toujours de couleur noire.
Museau : Le museau mesure la moitié de la longueur de la tête; sa hauteur dépasse de peu la moitié de sa longueur; sa largeur atteint les 17% de la longueur de la tête, le profil est convexe; les faces latérales du museau convergent, mais pas au point de produire un museau pointu. Sur toute leur longueur, les branches de la mandibule sont quasi rectilignes; elles sont peu développées dans leur partie antérieure. La région sous-orbitaire est ciselée, mais un peu moins que celle du segugio à poil ras.
Mâchoires/dents : Mâchoires d’aspect robuste, normalement développées; les arcades dentaires des incisives s’adaptent parfaitement. Les dents sont blanches, régulièrement alignées et de grandeur normale; denture complète; l’articulé en ciseaux est correct, l’articulé en tenailles est admis.
Joues : Pas trop marquées.
Yeux : Grands yeux lumineux de couleur ocre foncé. en position semilatérale, l’angle interne des paupières doit se trouver à égale distance du bord antér ieur de la truffe et de la pointe externe de la crête occipitale; expression fascinante, regard doux et fier avec comme un voile de tristesse; ouverture palpébrale en amande avec des paupières qui épousent parfaitement la forme du globe oculaire. Le bord des paupières doit être noir.
Oreilles : Leur attache, de largeur modérée, se situe au niveau de l’arcade zygomatique; elles sont tombantes, de forme triangulaire, plates sur presque toute leur longueur (66-70% de la longueur de la tête) et très larges. L’oreille doit se terminer en pointe aiguë. Bien que mince, son cartilage doit être plutôt rigide sur toute son étendue son attache, tordue, très rigide, tourne l’oreille vers l’avant sans lui permettre de s’affaisser, ni de se replier sur ellemême, ni de se tirebouchonner. La pointe est tournée légèrement vers l’intérieur.
L’oreille est couverte d’un poil de longueur modérée, plus court que celui du tronc, moins dur, et sans aucune frange.
Cou : Le dessus du cou est légèrement arqué. Le dessous est absolument exempt de fanon.
Longueur : La longueur du cou est égale à la longueur de la tête, atteignant ainsi les 4/10 de la hauteur au garrot.
Forme : Elle est celle d’un cône tronqué attaché à la tête par une nuque nettement marquée; de même, le cou doit se raccorder au tronc en se fondant harmonieusement avec les épaules très sec et léger. il doit donner l’impression d’être peu musculeux.

Corps

Sa longueur, mesurée de la pointe de l’épaule à la pointe de la fesse, est égale à la hauteur au garrot.
Ligne du dessus : Vue de profil, du garrot à la croupe, la ligne du dessus est droite. Elle est quelque peu convexe au niveau du rein.
Garrot : Peu sorti de la ligne du dos et étroit par rapprochement des sommets des omoplates, il se fond harmonieusement avec le cou.
Dos :Le profil supérieur du dos est rectiligne avec une bonne musculature, même si elle est peu apparente. Le rapport entre la longueur thoracique et celle de la région lombaire est de 3 à 1.
Rein : La longueur du rein est un peu inférieure au cinquième de la hauteur au garrot; sa largeur est un peu inférieure à sa longueur; sa musculature est bien développée.
Croupe : Le profil supérieur de la croupe est légèrement convexe. La croupe est dite horizontale, car son obliquité de la pointe de la hanche à l’attache de la queue se situe entre 15 et 20 degrés; sa longueur est d’environ le 1/3 de la hauteur au garrot, et sa largeur les 2/3 de sa longueur; la musculature est vigoureuse.
Poitrine : Sa longueur atteint environ la moitié de la hauteur au garrot; sa largeur est d’environ 1/3 de la hauteur au garrot; sa hauteur doit être d’environ 48% de la hauteur au garrot; ses faces latérales présentent une faible convexité.
Les arcs costaux supérieurs doivent au contraire être bien ouverts.
Poitrail de largeur modérée; le manubrium du sternum doit se situer au niveau de la pointe des épaules.
Ligne du dessous : Le profil inférieur est déterminé par une ligne qui remonte en pente douce vers un abdomen sec et jamais levretté. Les flancs sont minces avec un pli du flanc normal, jamais chargé.
Queue : La queue, attachée haut, sur la ligne de la croupe, plus grosse à la racine que celle du segugio à poil ras, est recouverte de poil sur toute sa longueur, mais sans aucune frange. Au repos, elle pend en sabre. En action, elle se lève sans dépasser la hauteur du dos, fouette de gauche à droite en effleurant les flancs, ou tourbillonne par moments en mouvements de rotation. La queue est considérée comme longue quoique son extrémité soit très proche de la pointe du jarret.

Membres

Membres antérieurs : Dans l’ensemble, les antérieurs, vus de profil, suivent une ligne verticale qui, de l’articulation scapulo-humérale, doit atteindre le sol en touchant la pointe des doigts, alors que la verticale abaissée de l’articulation huméroradiale doit diviser en deux parties à peu près égales (la plus grande étant l’antérieure) l’avant-bras et le carpe, en sortant à mi-longueur du métacarpe oblique. La hauteur du membre antérieur du sol au coude est égale à la moitié de la hauteur au garrot.
Epaules : L’épaule est sèche, longue, bien libre dans ses mouvements; les extrémités des omoplates sont très rapprochées l’une de l’autre.
L’obliquité sous l’horizontale va de 45° à 55°.
Bras : Bien appliqué contre le corps, il est, comme l’épaule, doté de muscles longs et secs; les bras sont parallèles au plan médian du tronc. L’angle scapulo-huméral est de 110° pour une obliquité de l’omoplate de 45°
Cou des : Les coudes sont équidistants du plan médian du tronc; cependant, ils ne doivent être tournés ni en dedans ni en dehors. Angle huméro-radial de 135° à 145°.
Avant-bras : Sa longueur approche le 1/3 de la hauteur au garrot; l’avant-bras est vertical; la gouttière cubito-carpienne est bien visible. Il doit donner l’impression d’un membre sec et très maigre.
Carpe : Les carpes sont secs, couverts d’une peau fine et mince. Vus de face, ils prolongent la verticale de l’avant-bras.
Métacarpes : Leur longueur n’est pas inférieure au sixième de celle du membre antérieur mesuré du sol au coude; de profil, ils sont quelque peu obliques vers l’avant.
Pieds : De forme ovale (pied de lièvre) à doigts bien serrés et cambrés, recouverts d’un poil dense; tubercules digitaux peu charnus; les coussinets sont secs, durs, coriaces, de couleur noire. Ongles robustes, recourbés et toujours noirs. La présence de quelques ongles blancs (pas roses) n’est pas un défaut.
Membres postérieurs : Dans l’ensemble, la verticale abaissée de la pointe de la fesse touche ou tombe presque sur l’extrémité des doigts. Vue de derrière, la verticale abaissée de la pointe de la fesse divise en deux parties égales la pointe du jarret, le métatarse et le pied.
La longueur totale du membre postérieur est d’environ 90% de la hauteur au garrot.
Cuisse : Elle est longue et large. Sa longueur n’est pas inférieure au tiers de la hauteur au garrot. Son bord inférieur est faiblement convexe; la pointe des fesses est très visible. Les muscles saillants se distinguent nettement les uns des autres. La cuisse est un peu oblique de haut en bas et d’arrière en avant. L’angle de l’articulation coxofémorale varie entre 90° et 95°
Jambe : Sa longueur est un peu inférieure à celle de la cuisse, et son obliquité sous l’horizontale est de 40°. Elle est couverte de muscles secs; le creux du jarret est bien marqué et visible avec une veine saphène externe bien apparente.
Grasset : Le grasset doit se trouver en parfait aplomb avec le membre; il n’est tourné ni en dedans ni en dehors. L’angle tibio-fémoral varie entre 110° et 120°.
Jarret : Vues latéralement, ses faces sont très larges ; il est dit bas, car la distance du sol à sa pointe ne dépasse pas 27% de la hauteur au garrot. L’angle tibio-tarsien, fermé à cause de l’obliquité accentuée du tibia, oscille entre 115° et 125°.
Métatarse : Sa longueur correspond à la hauteur du jarret; robuste et sec, il est perpendiculaire au sol. Il n’y a pas d’ergot.
Pieds : Moins ovale que l’antérieur, il en possède toutes les caractéristiques.
Allures : L’allure préférée du segugio est le galop, mais l’action de chasse l’oblige également au pas et au trot.
Peau : Bien appliquée sur tout le corps, elle est quelque peu épaisse.
La couleur des muqueuses, des troisièmes paupières, des ongles, du coussinet central et des tubercules digitaux est exclusivement le noir.
La pigmentation foncée du palais n’est pas prescrite, mais elle constitue toujours une qualité appréciable.

Robe

Poil : Sur le tronc, la longueur du poil ne devrait pas dépasser cinq centimètres. Le poil est nettement rude, sauf sur la tête, sur les oreilles, sur les membres, sur la queue et sur le museau, où le poil est en général moins rude que sur le tronc et les lèvres; sous les lèvres, le poil, quoique de longueur modérée, constitue ce qu’on appelle une barbe.
Le poil sur les arcades sourcilières est d’une longueur tempérée de façon à ne pas tomber sur les yeux ou les cacher.
Couleur : Les couleurs admises sont toute la gamme du fauve unicolore, allant du fauve rouge foncé et charbonné au fauve clair, et le noir et feu. Le fauve peut avoir du blanc sur le museau et sur le crâne (masque symétrique ou non), une étoile blanche au poitrail, du blanc sur le cou, sur les métacarpes et métatarses, sur les pieds et à la pointe de la queue. Cependant, le blanc n’est pas recherché, et moins il y en a, mieux cela vaut. Le noir et feu peut n’avoir que l’étoile blanche sur le poitrail; dans ce cas, le segugio est dit tricolore.

Taille et poids

Hauteur au garrot : Mâles de 52 cm à 60 cm,
Femelles de 50 cm à 58 cm.
On tolère 2 cm en plus ou en moins quand il s’agit d’un excellent sujet.
Poids : Mâles entre 20 kg et 28 kg
Femelles de 18 kg à 26 kg.

Défauts

Tout écart par rapport à ce qui précède doit être considéré comme un défaut qui sera pénalisé en fonction de sa gravité.
Ces modalités s’appliquent aussi aux chiens qui vont toujours l’amble.
• Tête : Axes crânio-faciaux convergents.
• Taille : Dépassant en plus ou en moins les marges indiquées par le standard.
• Chanfrein concave.
• Dépigmentation totale ou de la plus grande partie de la truffe ou des bords des paupières.
• Oeil vairon.
• Prognathisme supérieur.
• Anourie ou brachyourie tant congénitale qu’artificielle.
• Couleur ardoise ou plomb; robe bringée; café, marron, foie ou blanc prédominant.
N.B. : Les mâles doivent avoir deux testicules d’aspect normal complètement descendus dans le scrotum.
Avis du vétérinaire

L'avis du vétérinaire

Modes de vie
Logement : maison avec jardin clôturé où le chien peut courir
Situation familiale : toutes les situations familiales, compatible avec la présence de jeunes enfants
Disponibilité : vous devez être du type sportif, vous pouvez consacrer du temps à la promenade

Utilités
Chien de compagnie :
  • Chien comme animal de compagnie. On attend de ces chiens qu’ils tiennent compagnie, qu’ils apportent de l’affection, leur présence, leur fidélité, leur constance et leur joie de vivre.
Chasse :
  • Chien courant. Ce sont des chiens qui courent après le gibier non blessé ou qui poursuivent le gibier blessé grâce à l’odorat.

Brossage et entretien : régulier
Education et remarque concernant son comportement : indépendant, peu agressif, calme. Education ferme
Risque de maladie : pas de problème particulier
Remarques : odorat développé- chasse seul ou en meute le renard, le lièvre, le sanglier

Chiens comparables

Avis des internautes

2 commentaires

cherche éleveur au québec de Marilyne - 17-02-12 06:56

bonjour je voudrais savoir si ya des éleveur au québec de cette race de chiens

2 sur 4 personnes ont trouvé cet avis utile.
Cet avis vous a-t-il été utile ? Oui Non

Chien courant italien de - 21-02-08 19:30

c' est chien sont très mignon je les adort

3 sur 5 personnes ont trouvé cet avis utile.
Cet avis vous a-t-il été utile ? Oui Non




Espace éleveur



Votre avis ou votre question sur 'Chien courant italien'
Titre *
Message*
Votre photo sur 'Chien courant italien'
Votre nom *
Votre email *